Yuko Takamatsu

3ème place au concours de composition catégorie « Piano New-Age » sur  free-scores

Ces contenus vous sont offerts gracieusement. Toutefois, si vous le souhaitez, faire un don permet de remercier et encourager l'artiste.

Description

Yuko Takamatsu, un hommage au travers des mers

 

Instrumentation : Piano
Genre: Romantique
Droit d’auteur: Copyright © Sylvain Guinet

 

Il y a des moments qui bouleversent une vie. Pour Sylvain Guinet, ce fut un découvrant un reportage diffusé sur M6 le 11 mars 2014 relatant l’histoire bouleversante d’un japonais nommé Yasuo Takamatsu.

Trois ans après le tsunami de 2011 qui avait ravagé les côtes japonaises, Yasuo Takamatsu âgé alors de 57 ans continuait à ce jour de rechercher dans un fol espoir le corps de son épouse disparu le jour du drame, emporté par une vague de 20 mètres de haut, alors qu’elle s’était réfugiée sur le toit de la banque où elle travaillait.

Pour ce faire, et malgré son âge avancé, M. Takamatsu s’était même fait prodiguer des cours de plongée sous-marine pour fouiller sans relâche les fonds marins.

« J’ai été bouleversé, se souvient Sylvain. Cela m’a en fait paru horrible et tellement beau à la fois. Cette histoire vous prend le cœur et vous démontre la force de l’amour, du courage et de la persévérance. Ce cri d’espoir qui a traversé tous les océans m’a touché au plus profond de moi et je me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose pour cet homme. La seule chose que je pouvais faire dans mon domaine, c’était de la musique. »

 

Rappel sur cette catastrophe naturelle

Le séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku au Japon est un tremblement de terre d’une magnitude 9,1, survenu au large des côtes nord-est de l’île de Honshū le 11 mars 2011. Il a engendré un tsunami dont les vagues ont atteint une hauteur estimée à plus de 30 m par endroits. Celles-ci ont parcouru jusqu’à 10 km à l’intérieur des terres, ravageant près de 600 km de côtes et détruisant partiellement ou totalement de nombreuses villes et zones portuaires.

Ce séisme a engendré 18 079 morts et disparus, des blessés et des destructions considérables.

 

 

De l’enquête à la composition

Sylvain se met donc en tête de rentrer en contact avec lui. Après des recherches infructueuses sur Internet, il choisit de passer par deux pianistes japonaises habituées à jouer ses compositions. L’une d’elles, Haruko Uehara, finit par rentrer en contact avec YasuoTakamatsu, qui accepte volontiers  l’idée qu’une œuvre fasse perdurer dans le temps le nom de son épouse.

Mr Takamatsu lui fournit même des photos d’elle et lui envoie quelques mots pour décrire son caractère. Autant d’éléments précieux pour attiser l’inspiration de Sylvain Guinet.

S’en suivent deux semaines de travail pour composer une pièce hommage pour piano. « Je n’ai pas voulu quelque chose de gai, ni de triste, explique le compositeur. Je suis resté sobre, dans mon style, avec une musique romantique, sensible et douce à l’image de sa femme et de son histoire. »

L’œuvre  fut enregistrée par d’excellents pianistes comme Haruko Uehara à Tokyo ou Thierry Chatelain à Paris que vous pouvez écouter sur Youtube.

 

Hommage rendu en 2014

Takamatsu apprécie profondément l’hommage à sa femme et écrit à Sylvain par mail : « Votre musique m’a rappelé les 22 dernières années passées avec mon épouse. Elle m’a émue aux larmes »

Il lui avouera même qu’il n’avait plus écouté de musique depuis le tsunami mais par grâce aujourd’hui, comme réconcilier, il écoutait cette mélodie tous les jours « cette œuvre est mon trésor, elle guérit mon cœur brisé, merci ».

La pièce « Yuko Takamatsu » sera interprétée la même année à Tokyo au récital de piano de Haruko Uehara où  l’invité d’honneur sera Yasuo Takamatsu.

 


(Japon 2014) : Yasuo Takamatsu, la pianiste Haruko Uehara et la Rédactrice Satomi Ono du journal Asahi Shimbun

 

1ère Rencontre à Tokyo en 2018

Sylvain est invité au Japon pour un récital de piano baptisé de son nom: « Piano Recital of Sylvain Guinet’s Healing World » le 29 Aout 2018 au fameux Sumida Triphony Hall à Tokyo.

La veille du concert, dans le quartier du Sumida, il rencontre autour d’un café, et ceci après 4 ans, Yasuo Takamatsu.  S’en suivra une conversation chargée d’émotions, et d’échange de cadeaux.

Yasuo Takamatsu, continue à ce jour à fouiller le fond des mers tout en sachant qu’il ne retrouvera jamais le corps de sa femme. De ses expéditions, il rapporte de multiples objets disparus de ce fameux 11 mars 2011, qu’il rend aux familles endeuillées.

 

 

 

 

Médias relatant cet hommage :

Articles dans les journaux :

  • Asahi Shimbun (Japon)
  • Sankei Shimbun (Japon)
  • The New York Times (USA)
  • Le progrès (France)
  • La voix de l’Ain (France)
  • Val de Saône (France)
  • Sur les réseaux d’informations chinois

Radios et Télévisons :

  • Radio BBC world
  • Radio classique du Canada
  • Télévision Japonaise NHK

Livre:

  • I want to go home (Wesley Leon Aroozoo)

Prix concours :

3ème place au concours de composition catégorie « Piano New-Age » sur  free-scores.

Fermer le menu
×
×

Panier