Hachikô

Hachikō, né le 10 novembre 1923 et mort le 8 mars 1935, est un chien de race Akita célèbre au Japon pour avoir, pendant près de dix ans, attendu quotidiennement son maître à la gare de Shibuya après la mort de ce dernier.

Il est surnommé Chūken « Chien fidèle ». Une statue, fut érigée en son honneur à la gare de Shibuya.

4,99 TTC

Description

Hachikô

 

Instrumentation : Piano
Genre: Romantique
Droit d’auteur: Copyright © Sylvain Guinet

Hachikō, né le 10 novembre 1923 et mort le 8 mars 1935, est un chien de race Akita célèbre au Japon pour avoir, pendant près de dix ans, attendu quotidiennement son maître à la gare de Shibuya après la mort de ce dernier.

Il est surnommé Chūken « Chien fidèle ». Une statue, fut érigée en son honneur à la gare de Shibuya.

En 1924, le Japonais Hidesaburō Ueno, un professeur du département d’agriculture de l’université impériale de Tōkyō, reçoit un chiot mâle né quelque temps auparavant dans une ferme d’Ōdate dans la préfecture d’Akita et lui donne le nom de « Hachikō » (littéralement, « huitième prince » en japonais ; Hachi signifie « 8 » car il était le 8e chiot de la portée et kō, attaché au nom, étant un terme affectueux1).

Chaque matin, Hidesaburō Ueno se rend à la gare de Shibuya pour prendre le train de banlieue qui le mène à son travail et Hachikō l’accompagne immanquablement, tandis que chaque soir, le chien se rend à la gare seul et attend le retour de son maître. L’emplacement de la maison où résidait Hidesaburō Ueno serait dans les environs du siège social de la compagnie Tokyu Department Store Co., Ltd. (東急百貨店, Tōkyū hyakkaten?).

Le 21 mai 1925, Hidesaburō Ueno meurt à l’âge de 53 ans lors d’une conférence à l’université, des suites d’une hémorragie intra-cérébrale2. La famille du professeur tente alors de trouver un nouveau foyer pour Hachiko, mais celui-ci s’enfuit continuellement et retourne au domicile de son maître. Par ailleurs, Hachikō continue de se rendre tous les jours à la gare de Shibuya pour attendre son retour. Jour après jour, le chien retourne précisément à l’heure à laquelle le train de son maître était supposé arriver, et l’attend.

La fidélité d’Hachiko fut bientôt connue dans tout le Japon grâce à un article écrit par un ancien élève du professeur Hidesaburō Ueno, paru le 4 octobre 1932 dans Asahi Shinbun, l’un des deux grands quotidiens nippons et intitulé « L’histoire émouvante d’un vieux chien : sept ans qu’il attend son maitre décédé1,2 ». Beaucoup d’habitués venaient lui apporter de la nourriture lors de son attente à la gare.

Pour ses qualités, Hachikō reçut le surnom de Chūken (« chien fidèle »). Il fut fréquemment présenté par les parents et les enseignants comme un exemple de loyauté.

Le 8 mars 1935, Hachikō meurt dans une allée aux environs du pont Inari de la rivière de Shibuya des suites d’une filariose ou d’un cancer des poumons et du cœur. Une partie de ses restes (sa peau) est empaillée et conservée au Musée national de la nature et des sciences de Tokyo. Le reste de sa dépouille est enterré au cimetière d’Aoyama, à côté de la tombe de son maître.

Une place d’honneur lui est aussi dédiée dans le cimetière virtuel des animaux domestiques du Japon

 

 

Fermer le menu
×
×

Panier